VOTRE DÉPUTÉ DE LA 2ÈME CIRCONSCRIPTION DE L'EURE

Système de soins et politique de santé publique : les députés adoptent le texte

0
Assemblée hémicycle

Hier après-midi, l'Assemblée a adopté en première lecture le projet de loi de modernisation de notre système de santé. 311 députés ont voté pour, 241 ont voté contre et 10 se sont abstenus. Ce système est l’un des plus efficaces et reconnus dans le monde. Mais les inégalités sociales et territoriales persistent. 1 Français sur 3 renonce à se soigner faute d’argent, quand beaucoup d’autres ne peuvent simplement pas consulter faute d’un praticien à proximité.

Avec le Tiers-payant généralisé pour tous dès 2017, la loi vise la correction des facteurs d’inégalités sociales dès l’enfance et l’accès des soins pour tous. La dispense d’avance de frais est déjà une réalité en pharmacie et pour les bénéficiaires de la CMU. L’étendre à l’ensemble de nos concitoyens est une mesure de justice sociale plébiscitée par nos concitoyens.

Cette loi donne la priorité à la médecine de proximité. Elle valorise les praticiens de proximité comme le métier d’infirmier clinicien, qui est créé, ou de pharmacien. La réforme crée également des groupements hospitaliers de territoires contre les déserts médicaux. Enfin, la loi de santé favorise l’accès des patients à l’information : un numéro d’appel unique national permettra de joindre un médecin de garde près de chez soi.

De nouveaux droits sont créés pour les patients. Avec l’action de groupe, pour la première fois, la loi ouvre la possibilité d’engager des recours collectifs devant la justice pour demander réparation. En outre, l’accès à l’IVG est réaffirmé comme un droit fondamental. Les sages-femmes pourront procéder à des IVG par voie médicamenteuse.

La prévention est également renforcée par cette loi. Plusieurs mesures sont mises en place : la loi instaure la désignation d’un médecin traitant pour les enfants qui coordonnera le parcours de soins de 0 à 16 ans, un système d’étiquetage nutritionnel clair dans les magasins, le paquet de cigarettes neutre, un accès au dépistage du VIH facilité, ou encore des salles de consommation à moindre risque pour les toxicomanes. 

Une autre avancée majeure est présente dans le texte : la discrimination est enfin levée en ce qui concerne les soins funéraires des personnes décédées atteintes du VIH et d'hépatite virale. En effet, l'article 52 de la loi permet d’encadrer la pratique des soins de conservation afin de renforcer la sécurité sanitaire de la pratique de la thanatopraxie, pour mettre en place la levée de l’interdiction des soins de conservation.

Commentaires

Laisser votre message

Votre email :
*
Votre nom :
*
Votre message :
*