VOTRE DÉPUTÉ DE LA 2ÈME CIRCONSCRIPTION DE L'EURE

Rapprochons l’Union des Européens en définissant un véritable modèle social européen!

JLD Bruxelles 12122013

Rapprochons l’Union des Européens en définissant un véritable modèle social européen!

 

Président de la délégation française du Comité des Régions j’ai  présenté ce mercredi à Bruxelles un avis visant à renforcer la dimension sociale de l'Europe. Des mesures fortes sont proposées dont un système d'assurance chômage européen.

« L'Union européenne ne souffre pas que des déficits budgétaires, elle souffre aussi des déséquilibres et des inégalités sociales croissantes entre les Etats membres. Il est temps que l'UE prenne des initiatives fortes pour constituer un pilier social robuste ». C’est en ces termes que j’avais introduit mon intervention en octobre dernier à Bruxelles. Pour rapprocher l’Union des Européens, nous devons définir un véritable modèle social européen.

L'ensemble des dispositifs de protection sociale et d'emploi constitutifs de "l'Etat social" sont profondément enracinés dans les frontières nationales. Dans un société démocratique, la question sociale occupe une place centrale. L’Union européenne est aujourd’hui menacée, d’une part par l’éloignement des institutions européennes de ses citoyens et d’autre part, par l’accroissement des inégalités face à la pauvreté. L’Union européenne doit apaiser ces inégalités entre les citoyens européens, combattre la pauvreté et l’exclusion sociale, et répondre aux nouveaux besoins sociétaux qui émergent en parallèle de la crise sociale actuelle.

C’est le sens de l’avis que j’ai présenté ce mercredi 11 décembre à Bruxelles et qui vise à renforcer la dimension sociale de l'Europe. Je plaide pour un rééquilibrage nécessaire entre politiques économiques et politiques sociales en Europe. Le pilier social de l’Europe devant s'appuyer sur l'introduction d'un nouveau tableau de bord d'indicateurs clés en matière sociale et d'emploi pour permettre une meilleure prise en compte des impacts sociaux de la gouvernance économique. Toutefois, j’ai rappelé que «rien ne serait pire qu'un pilier social parallèle, isolé des 4 autres". Point essentiel de mon rapport, je propose d’instaurer un système d'assurance chômage au sein de l'Union européenne pour lutter contre les déséquilibres sociaux. Ce système pourrait prendre appui sur le taux de chômage de courte durée qui est particulièrement sensible aux évolutions conjoncturelles.

Le prochain Conseil européen des 19 et 20 décembre doit être l'occasion d'affirmer une volonté politique et une forme de détermination dans la mise en œuvre des pistes proposées par la Commission. Je le dis avec d'autant plus de force qu'il y a urgence en la matière.