VOTRE DÉPUTÉ DE LA 2ÈME CIRCONSCRIPTION DE L'EURE

Mon soutien à Emmanuel Macron

1
JLD PN mars2016

Socialiste depuis 30 ans, je resterai socialiste quels que soient les résultats des élections présidentielles ; c'est ma famille politique et, au-delà des valeurs de la République qui sont universelles, celles du socialisme ont animé ma réflexion et mon action politique tout au long des mandats que j'ai exercés et dans toutes les décisions que j'ai prises dans les responsabilités qui ont été les miennes. La solidarité, l'amélioration des conditions de vie de nos concitoyens, la justice sociale, la valeur travail, la force de l'éducation, l'épanouissement collectif et culturel, la croyance en un avenir meilleur qu'il faut améliorer par l'action politique ont toujours porté mon engagement.

Le quinquennat qui s'achève a été difficile. La situation économique et financière laissée par N. Sarkozy était catastrophique. Des décisions politiques et économiques ont été prises. Certaines étaient discutables et ont été discutées, parfois même remises en cause. Le pays a dû faire face au terrorisme. Il a tenu bon. L'Europe est critiquée et risque la dislocation. Je suis profondément européen même s'il est clair aujourd'hui qu'il faut redonner du sens au projet commun. Le monde change et évolue très vite. La mondialisation est une réalité. De grands pays ont émergé, la Chine et l'Inde par exemple, qui remettent en cause la suprématie occidentale et font valoir leurs réalités sur la scène politique et économique mondiale. Les Etats-Unis et la Russie offrent des visages qui inquiètent. Mais ce sont ceux avec lesquels nous devons discuter pour faire valoir nos intérêts et ceux de l'Europe.

La mondialisation pèse aussi sur l'organisation de nos sociétés. Le développement très rapide de la numérisation modifie l'organisation de secteurs entiers de notre économie. L'ubérisation du travail, le commerce en ligne, l'information en réseaux, la financiarisation de la production agricole vont nécessiter des changements profonds qu'il convient d'anticiper pour mieux les maîtriser et ne pas mettre à mal nos systèmes sociaux.

Après de longues réflexions, je ne crois pas que le programme de notre candidat, Benoît Hamon, issu légitimement de la primaire, porte les bonnes réponses à ces questions. Son diagnostic sur l'évolution et la raréfaction du travail n'est, selon moi, pas le bon. Sa vision de l'Europe ne tient pas compte des réalités politiques qui rendent peu réalistes ses propositions. Le cadrage budgétaire des dépenses nouvelles est plus qu'incertain sauf à augmenter considérablement le déficit budgétaire et donc la dette.

Le projet porté par Emmanuel Macron me paraît juste et équilibré. La réforme du marché du travail doit viser à la fois la libération des énergies et une protection généreuse des travailleurs. Un effort national de formation doit permettre de répondre aux défis de la modernisation de notre économie. L'avenir de la France est dans une Europe qui investit et qui protège, au service des peuples.

Enfin, je ne souhaite pas être obligé de choisir au second tour des élections présidentielles entre une candidate de l'extrême-droite et un candidat de la droite dure.

Voilà pourquoi, en toute transparence, j'apporte mon soutien et mon parrainage à Emmanuel Macron.

Jean Louis Destans

Député de l'Eure

Commentaires

Les hommes raisonnables finissent par se retrouver
par Franck Martin

Laisser votre message

Votre email :
*
Votre nom :
*
Votre message :
*