VOTRE DÉPUTÉ DE LA 2ÈME CIRCONSCRIPTION DE L'EURE

Les vœux de Jean Louis Destans aux personnalités de l'Eure

0
2013-0110-voeux-jean-louis-destans-HD.jpg

 

Mesdames, Messieurs,
Cher(e)s Ami(e)s,

Je suis très heureux, avec l'ensemble des conseillers généraux de l'Eure, de vous accueillir ici dans la Maison du Département pour cette traditionnelle manifestation à l'occasion de la nouvelle année.

Echanger avec vous, vous dire comment le Conseil général compte inscrire son action en cette année nouvelle, prendre le pouls des forces vives du territoire que vous représentez : tout cela est très important pour moi, pour nous, même si je veille à maintenir tout au long de l'année un dialogue fécond et nourri entre cette institution et toutes celles et tous ceux qui souhaitent la rencontrer.

Je suis d'autant plus heureux de vous accueillir, que vous êtes encore très nombreux.

Monsieur le Préfet, je vous remercie de votre présence et salue l'ensemble des autorités civiles et militaires. Je remercie mon collègue et ami Alain Le Vern, Président de Région, d'être, comme souvent, à nos côtés. J'accueille avec beaucoup de bonheur l'ensemble des élus, personnalités, associations, autorités religieuses qui nous font le plaisir et l'amitié d'être là.

L'Eure est un Département en dynamique démographique, qui progresse chaque année, pour atteindre au titre des derniers chiffres publiés par l'Insee plus de 600 000 habitants, 9 ème Département de France pour l'indice de fécondité et le 21ème pour la croissance démographique : c'est le rythme de progression le plus important de tous les Départements normands. Que cette dynamique se prolonge, c'est bien le premier vœu que nous pourrions formuler à l'occasion de cette année nouvelle.

*
* *

Le Département de l'Eure a été mis à l'honneur la semaine dernière par la visite du Président de la République François Hollande à Louviers et à Val de Reuil, après celle du Premier ministre en septembre.

Qui plus est, cette visite s'est faite dans la célébration d'un eurois remarquable Pierre Mendes-France, que la Ville de Louviers avait choisi d'honorer. Homme politique parmi les plus marquants, Pierre Mendes-France a également été, comme vous le savez tous ici, élu local, Maire de Louviers, Député de l'Eure et Président de ce Conseil général de 1945 à 1958.

Pierre Mendes-France est l'incarnation de la rigueur, de l'honnêteté morale et intellectuelle, d'une certaine vision de l'action publique, faîte d'exigence – François Hollande a parlé d'exigence "de vérité". Il n'est pas anodin que notre Président, au commencement de cette année difficile, la première qu'il pilotera de façon pleine et entière, ait choisi de mettre en valeur son exemple.

Je préfère cette République là, réconciliée, à l'écoute, sérieuse à celle du chacun pour soi et de la tension érigée en méthode de travail et de communication. On y respire mieux.

*
* *

En 2012, nos concitoyens ont participé nombreux aux élections présidentielles et législatives. Ils ont rendu possible l'alternance, moment politique exceptionnel, et je suis fier d'avoir contribué avec d'autres, avec eux, à construire ce beau chemin, cet espoir qu'il faut maintenant transformer.

Des mesures fortes sont prises pour relancer la compétitivité, réduire nos déficits publics, garantir et assurer la solidarité, renforcer l'Education Nationale, la justice, la sécurité. Elles porteront leurs fruits, j'en ai la conviction, d'autant que la crise financière qui a affaibli l'Europe semble aujourd'hui derrière nous : sous l'impulsion de la France, nous nous sommes dotés d'outils institutionnels plus solides et d'un pacte de croissance dont on mesurera petit à petit les effets. Stabilisation de la zone Euro, désendettement compétitif, pacte de compétitivité : le socle du redressement est posé.

Des réformes courageuses et difficiles– qui faisaient parti des engagements de François Hollande et qui illustrent la volonté du Gouvernement- sont ou vont entrer en application : augmentation de l'allocation de rentrée scolaire, mise en œuvre des emplois d'avenir, qui dans l'Eure vont potentiellement toucher 900 à 1000 jeunes en deux ans, mise en place des contrats de génération qui permettront concrètement des mesures de tutorat par les plus anciens auprès de nombreux jeunes dans les entreprises (objectif final 500 000 embauches de jeunes en CDI), création de la Banque Publique d'Investissement, recrutement dans les écoles, mariage pour tous. Le changement est en marche.

J'y prendrai toute ma part pour que nos concitoyens en bénéficient, à l'exemple des premiers contrats d'avenir que nous avons signés ensemble avec vous-même, Monsieur le Préfet, engageant les services du Conseil général et l'Etat.

Aujourd'hui François Hollande gouverne dans un contexte de crise profonde, que quelques mois à la tête de l'Etat n'ont pu suffire à inverser. Qu'on y songe, c'est le 19ème mois consécutif où le chômage augmente en France. Chez nous dans l'Eure, nous comptons 30 263 personnes inscrites à Pôle Emploi en catégorie A, en hausse sur un an de 12,4%.

C'est bien là au niveau national, comme au niveau local la première des priorités – l'emploi- et elle valait bien que le Conseil général s'engage, au-delà de ses strictes compétences, pour la réindustrialisation du site de la papèterie d'Alizay dans le cadre d'une opération qui va permettre de recréer dés cette année 200 emplois et redonner une perspective à un outil industriel majeur.

Il y a un an, le dossier de la reprise de M-Real était dans l'impasse. Mais la résignation – quand on croit dans son territoire- ne peut être une ligne de conduite.

De nombreux observateurs ont souligné le caractère exemplaire de l'intervention du Conseil général de l'Eure dans la reprise du site du papetier M – Real, la collectivité se positionnant en interface entre vendeur (M-Real) et acheteur (Double A) pour permettre l'aboutissement d'une opération difficile. Ce projet est unique. L'intérêt qu'il a suscité au-delà des frontières départementales dit beaucoup de l'attente des Français en matière économique, leur espoir en un volontarisme politique, que nous avons porté dans cette affaire, avec le soutien précieux du Gouvernement. J'associe à ce travail Monsieur le Préfet, dont le concours fut constant et précis- et la Région qui nous accompagnera dans la réalisation de ce beau projet que j'espère maintenant concrétiser très prochainement.

Il dit quelque chose aussi de l'évolution du rapport entre acteurs publics et privés : nous avons amené le propriétaire du site à ce qu'il vende ses actifs, ce qui n'était pas acquis au départ, et avons pu reprendre les discussions avec les repreneurs potentiels pour la partie industrielle, ce qui permettra la création à terme de 250 emplois. Mais nous sommes allés au-delà, sur une perspective plus large, puisque nous travaillons également à un débouché logistique à travers la création d'un port fluvial vrac sur le site d'Alizay. Les acteurs locaux, Conseil général, collectivités, acteurs consulaires, avaient identifié ce dernier enjeu comme stratégique. Nous sommes en train de lui donner une réalité.

J'espère que cet exemple local en précèdera d'autres – au niveau national- tant notre Pays a besoin que l'ensemble des acteurs qui participent du développement économique et industriel parlent d'une seule voix. Il est temps de passer d'une logique d'affrontement à une logique de construction.

Ce volontarisme dit beaucoup enfin de la force et la chance que représentent pour cette entreprise les salariés. Leur richesse, au-delà de leur savoir-faire, c'est leur engagement, leur connaissance de l'outil industriel. Ils ne se sont pas tus, ils ont refusé de subir et su définir avec minutie et intelligence une stratégie pour donner les meilleures atouts à un sauvetage possible. Ils ont été à chaque fois des interlocuteurs de confiance, capables de nous restituer des éléments indispensables à notre décision. Je veux leur rendre hommage. A travers cet exemple, c'est aussi finalement l'image de notre société qui se transforme, une société qui devient plus adulte, dotée de citoyens actifs, qui intègrent la complexité des arbitrages et des situations mais qui refusent de subir et savent jouer parfois du rapport de force. Je le vis – je veux en porter témoignage- comme un approfondissement véritable de la culture publique dans notre Pays.

Le cas M-Real frappe parce qu'il est emblématique de ce que peuvent produire la mobilisation et la détermination de tous (collectivités, services de l'Etat, forces sociales). Il est donc riche d'enseignements.

J'avais dit dans mon discours à votre intention l'an dernier combien je croyais au politique, à sa capacité à agir sur le cours des choses. Avec cet exemple de M-Real, cette conviction – que j'espère avoir contribué à démontrer- est plus forte encore.

En 2013, nous devrons être également volontaires et solidaires et c'est sous le signe de ces deux mots que j'ai placé les vœux que j'ai souhaité vous adresser.

Solidaires ? Oui, le Conseil général assume la plupart des missions de solidarité auprès de nos concitoyens, construisant avec eux les éléments d'une politique que nous voulons là aussi exemplaire. Vous êtes nombreux à avoir participé en 2012 à ces travaux de concertation sur la jeunesse, la solidarité avec les plus anciens. Nous continuerons demain sur l'environnement ou les transports. Le Conseil général est aux cotés des eurois, acteur avec eux du progrès social et humain que nous construisons ensemble.

Cette mission du Conseil général est indispensable. La pauvreté a progressé en France depuis dix ans, malgré la mise en place du Revenu de Solidarité Active, dans lequel ce Département avait fondé beaucoup d'espoir. La pauvreté touchait 12,9% de la population en 2002, elle en touche 14,1% en 2010 et sans doute davantage en 2011 et 2012, et ce qui vaut pour la France vaut malheureusement aussi pour notre territoire. Cette réalité est insupportable. Le Conseil général – qui avait déjà intégré une progression de plus de 6% de ses dépenses, compte-tenu des besoins estimés- orchestrera la mise en œuvre de l'augmentation de 10% du RSA annoncée par le Premier ministre pour septembre 2013.

De la même façon – Monsieur le Préfet, j'ai été très intéressé par les propositions du Gouvernement visant à créer une "garantie jeune" ciblée sur ceux qui sont en grande difficulté d'insertion visant à leur proposer un contrat de travail et une garantie de ressource d'un niveau équivalent au RSA. Le Gouvernement souhaite expérimenter ce projet dans 10 Départements pilotes, l'Eure est tout à fait intéressé à mettre son savoir-faire et son expérience, au service de ce nouveau projet. Il pourra compléter l'ensemble des mesures que nous avons concertées et mises en place avec et pour la jeunesse euroise, et qui vont être déclinées tout au long de cette année 2013.

Les politiques sociales sont nobles, elles sont un des fondements du modèle français et constituent une des missions premières de notre Institution. Elles dépassent le versement des allocations pour toucher de nombreuses dimensions de la vie quotidienne : l'école, l'insertion, l'accès au travail, le logement sur lesquelles le Conseil général est déjà présent. Ces missions seront sans aucun doute renforcées à l'occasion de la nouvelle étape de la décentralisation qui va être lancée en 2013, et qui fera du Conseil général la collectivité référence et chef de file de la lutte contre l'exclusion.

Dans ce cadre, le conseil général restera une collectivité innovante : nous avons proposé à l'Etat de reprendre dés cette année à titre expérimental plusieurs compétences sur le logement, l'urbanisme, la réussite éducative. J'ai la conviction que le Conseil général, à travers son mode d'élection au suffrage universel et les compétences que la loi lui a données, est la collectivité de la proximité et du lien social. Un lien social malmené dans nos sociétés, où chacun se sent isolé des autres. Mme Nicole Orange, nouvelle présidente du C3D – Conseil Départemental de Développement Durable de l'Eure- que je salue- prépare un rapport avec les membres du C3D sur la présence publique en milieu rural et les voies et moyens pour la renforcer. Avec elle, je ne me résigne pas à la diminution de la présence publique dans nos territoires.

Et puis le Conseil général, c'est bien entendu des politiques, un budget et des actions concrètes qui intéressent chacun d'entre vous. Nous avons d'ores et déjà adopté notre budget, en légère progression. Nos fondamentaux sont bons, cela nous a été récemment confirmé par l'agence de notation Standard & Poor's qui nous a attribué une de ses meilleurs notations pour notre gestion. Nous veillons à maîtriser l'endettement et le fonctionnement malgré la conjoncture, au prix d'un effort de gestion permanent de nos équipes, et malgré la progression significative des dépenses sociales dont je parlais à l'instant.

Nous avons fait le choix de maintenir des dépenses d'équipement importantes (124 M€) avec une progression de l'investissement réel entre 3 et 4%. Premier investisseur public, nous avons notre part de l'impulsion qu'il convient de donner par la commande publique à l'économie locale : 30 M€ pour les routes avec des chantiers importants comme la poursuite de la déviation de Gisors, financée à 100% par la Région, celle de Beuzeville, les nouveaux accès au Pont Clémenceau à Vernon; 11 M€ pour l'entretien du réseau; près de 30 M€ à nouveau pour l'investissement dans les collèges (reconstruction en cours à Fleury, Verneuil, Bernay; restructuration de Brionne, Bourghteroulde, Bourg Achard entre autres projets); à noter également la réalisation très attendue de la Bourse du Travail à Evreux, pour laquelle nous inscrivons près de 2 M€; la poursuite des travaux sur le PRT (Plateau de Recherche et de Transfert) à l’IUT d’Evreux. Enfin le soutien aux collectivités euroises dans leur ensemble. L'investissement indirect dans ce budget – c'est-à-dire l'ensemble des subventions versées à des partenaires et les travaux réalisés pour le compte de tiers- se monte à près de 45 M€. L'année qui vient de s'écouler a été celle où nous avons redéfini - Région et Département- avec les Pays et des agglomérations nos objectifs dans le cadre des Contrats de territoire 276 : cela se traduit en 2013 concrètement en réalisations. Il faudra en cette année nouvelle préparer la seconde génération des contrats 276.

Nous sommes, on le voit, une Collectivité d'investissement et d'engagement. Nous essayons d'être présents là où il y a un enjeu stratégique pour l'Eure. Nous le ferons demain pour Vernon sur le site du LRBA pour lequel nous avons proposé la création d'une Société Publique Locale d'Aménagement associant la Ville, la Communauté d'Agglomération et le Conseil général afin de travailler à un projet d'aménagement global qui conserverait au site une mixité de fonctions et d'usages (économie, tourisme, loisirs, logement) et donne une sens à une opération qui pourrait être emblématique de l'Axe Seine et du renouveau de Vernon. Là encore, nous y travaillons avec force et convictions, pour construire l'avenir de notre territoire.

*
* *

Mesdames, Messieurs,

Je ne veux pas être trop long et l'essentiel a été dit. Des enjeux importants nous attendent qui auront un impact important pour notre territoire. J'en citerai 3 :

- la future loi sur la décentralisation qui devra conserver un équilibre entre le regard stratégique des Régions et les missions de proximité des Départements, nous en avons parlé;

- le développement des pôles métropolitains, sujet d'actualité, puisque nous sommes impactés tant à Rouen qu'au Havre par des projets parfois concurrents qui s'étendent jusqu'à l'Eure : sur ce point, ma position est très claire, oui à une logique métropolitaine dés lors qu'elle s'inscrit dans une approche cohérente en terme de bassin de vie et d'habitat, non à une approche où les territoires rurbains ou ruraux de l'Eure seraient instrumentalisés dans des luttes d'influence des grandes agglomérations et dans la construction de bassins de vie artificiels.

- Autre dossier majeur, le très haut débit qui devient pour les années qui viennent un des très grands enjeux d'infrastructures pour nos territoires. Songez que dans l'Eure, l'initiative privée en la matière qui se concentre sur les grandes agglomérations ne couvrira que 20% du territoire. Nous sommes dans l'attente d'une loi qui redéfinirait les règles, les recettes et le partage des coûts. En tout état de cause, l'Eure dispose déjà de l'infrastructure que nous avons réalisée pour le haut débit – c'est un atout- et nous venons d'engager près de 4 M€ de travaux – co financés par l'Europe et la Région- pour consolider cette première colonne vertébrale et créer 100 km de fibre supplémentaire. Nous travaillons par ailleurs avec de nombreuses intercommunalités : qu'elles se rassurent, nous ne les laisserons pas seules au contraire et jouerons pleinement notre rôle d'aménageur et de financeur.

*
* *

Au moment de conclure, je veux vous adresser à toutes et à tous des vœux chaleureux de santé, de bonheur, de paix – nous en avons besoin dans ces parties du Monde (je pense à la Syrie) meurtries et ensanglantées par l'arbitraire, la bêtise, l'intolérance et la tyrannie. Que cesse le bain de sang en Syrie et que l'on tourne la page de Bachar Al Assad, voilà sans doute un vœu partagé par tous.

Je veux vous dire que l'Eure avance, l'Eure progresse. Notre Département est attractif, jeune, performant, même si des difficultés subsistent. Il accroit sa notoriété, et les politiques que nous menons au sein de cette collectivité y contribuent.

M-Real, l'excellente notation du Conseil général, notre dynamique démographique, la politique d'équipements sur tout le territoire depuis 10 ans… tout cela n'est pas de même niveau mais par notre mobilisation collective, élus, forces vives, nous changeons l'image de notre Département. Et nous franchissons des paliers. Ce n'est pas un hasard si même le Président de la République – qui fut un peu eurois- le remarque.

Vous trouverez toujours auprès du Conseil général un interlocuteur attentif à vos projets, à vos idées, à les transformer en actes et propositions concrètes.

L'année 2013 sera placée pour notre territoire sous les beaux auspices de l'Impressionnisme et des remarquables expositions qui jalonneront la 2ème édition de Normandie Impressionniste. C'est aussi une très belle perspective.

A toutes et à tous, je souhaite, au nom du Conseil général de l'Eure et de ses élus, une très belle année 2013,

Je vous remercie.

 

Commentaires

Laisser votre message

Votre email :
*
Votre nom :
*
Votre message :
*