VOTRE DÉPUTÉ DE LA 2ÈME CIRCONSCRIPTION DE L'EURE

La loi sur la reprise des sites industriels rentables adoptée à l'Assemblée

0
M-Real, allocution de Jean Louis Destans pour saluer le rachat du site d'Alizay

Ce texte va obliger les entreprises de plus de 1000 salariés à rechercher un repreneur pour tout projet de fermeture, sous peine de pénalités. Les salariés eux-mêmes pourront d'ailleurs déposer une offre de reprise. Pour les entreprises ne jouant pas le jeu, les conséquences financières pourront aller jusqu'à 20 Smic mensuels par emploi supprimé mais aussi passer par le remboursement de certaines aides publiques.

Le 18 septembre dernier, j'étais monté à la tribune de l'Assemblée nationale lors de l'examen de cette loi pour revenir sur l'expérience euroise réussie de M-Real à Alizay. J'avais rappelé la situation de cette papeterie, moderne et rentable, mais vouée à la fermeture du fait de la seule décision de ces actionnaires finlandais. Avec à la clé la disparition de plus de 330 emplois.

Avec de l'imagination, de l'audace mais aussi beaucoup d'acharnement et de travail aussi bien avec les représentants des salariés, que les services de l'Etat, le Conseil général de l'Eure était devenu, pendant quelques heures, le propriétaire du site. Avant de le revendre dans la foulée à un repreneur clairement identifié lors de la préparation de l'opération : le Thaïlandais Double A. A l'arrêt depuis plusieurs mois, la ligne de production a été remise en route cet été et pas moins de 150 personnes ont été réembauchées. De nouvelles perspectives d'avenir se dessinent pour le site avec sans doute une montée en puissance de la production et donc de nouvelles embauches.

Ce montage imaginé pour Alizay n'est bien entendu pas transposable partout à l'identique. Mais il comporte des enseignements et surtout le signe qu'il ne faut rien exclure dans notre pays pour sauver une entreprise y compris l'action publique. La loi que nous venons d'adopter à l'Assemblée et qui sera présentée le 11 décembre prochain au Sénat, va dans ce sens.

Commentaires

Laisser votre message

Votre email :
*
Votre nom :
*
Votre message :
*