VOTRE DÉPUTÉ DE LA 2ÈME CIRCONSCRIPTION DE L'EURE

Elections européennes: "Une déflagration qui appelle une profonde réorientation de l'Europe"

1
_MG_7540

 

En ma qualité de chef de la Délégation des membres français du Comité des régions à Bruxelles, j'ai réagi aux résultats des éléctions européennes. J'en appelle à la responsabilité des élus locaux pour agir et peser à Bruxelles
 
"Les résultats des élections européennes en France ont provoqué une véritable déflagration. Le Front national arrive en tête. Il réalise à l'échelle nationale un score de près de 25% malgré une légère progression du taux de participation par rapport au précédent scrutin de 2009. Quant aux partis de gouvernement, qu'il s'agisse du parti socialiste ou de l'UMP, ils sont en très net recul.
S'il y a sans doute une dimension nationale dans ce vote, nous aurions bien tort de n'y voir qu'un message adressé au gouvernement ou à la droite républicaine. Excepté en Allemagne ou en Italie, tous les partis de gouvernement reculent. Les Européens souffrent, et avec eux c'est l'idée européenne qui s'abîme. Ils ne comprennent plus cette Europe qui ne répond pas à leurs attentes, qui les fragilise encore trop, alors qu'elle devrait mieux les protéger.

 

Il faut en finir avec les postures dont l'horizon ne dépassent pas les quelques semaines qui suivent le scrutin.

Nos concitoyens réclament de l'efficacité et des changements concrets dans leur quotidien. C'est là la grande responsabilité de la nouvelle majorité du Parlement européen et de la future Commission: construire une feuille de route précise avec des mesures utiles pour nos concitoyens. C'est un sursaut qu'ils réclament et une profonde réorientation de l'Union. Les chantiers sont nombreux : politiques économique, budgétaire, sociale, grands investissements pour relancer la croissance...

 

Et nous, élus locaux, avons également une responsabilité. Pas tant pour faire de la "pédagogie" sur le terrain, mais pour agir et peser à Bruxelles. Notre grande proximité du quotidien avec nos concitoyens l'exige. Nous n'avons plus droit à l'erreur."

Commentaires

Effectivement. Prise de conscience mais de quel côté. Posons nous la question de savoir quand le vote démocratique devient intolérable par les institutions en place quand il dérange ces dernières.
par Begault

Laisser votre message

Votre email :
*
Votre nom :
*
Votre message :
*