VOTRE DÉPUTÉ DE LA 2ÈME CIRCONSCRIPTION DE L'EURE

L'économie sociale et solidaire : un atout dans la bataille de l'emploi

0
Visite du ministre Benoît Hamon à Evreux

Cette visite ministérielle vient mettre en lumière un pan souvent méconnu, mais pourtant porteur, de notre économie avec des gisements importants d'emplois que le gouvernement entend favoriser. L'économie sociale et solidaire (ESS) qui regroupe les associations, les coopératives, les mutuelles, les fondations ou encore les entreprises sociales ne pèse pas moins de 2,4 millions de salariés en France soit un emploi privé sur huit.

En effet, ces dix dernières années, alors que l'économie traditionnelle a créé environ 7% d'emplois nouveaux, la croissance de l'ESS était de 23%. Mieux, en 2012, alors que l'emploi traditionnel accusait un recul de 0,2 %, l'ESS restait sur une augmentation de 0,3 %. Ceci s'explique par le positionnement même de l'ESS qui répond souvent à des besoins sociaux qui connaissent aujourd'hui une demande soutenue comme le recyclage, la transition énergétique, l’économie collaborative et numérique ou encore bien entendu les services à la personne. Avec, de plus, les avantages non négligeables d'être difficilement délocalisée et de plus de ne pas hésiter à s'implanter en milieu rural.

Cet été, Benoît Hamon a présenté en conseil des ministres un projet de loi visant à mieux reconnaître et développer ce modèle économique complémentaire. Pour la première fois, il définit précisément son périmètre. Il permettra ainsi aux financeurs, publics et privés, de mieux identifier les structures de l'ESS et donc d'orienter vers elles des financements plus adaptés et plus efficaces. Les salariés seront encouragés à investir ce champ économique par le biais de la promotion de certaines formes de reprise d'entreprises existantes comme les coopératives par exemple. Enfin, plusieurs dispositifs d'accompagnement sont annoncés afin d'assurer une montée en puissance progressive des nouvelles structures créées. L'objectif du gouvernement est, là encore, de favoriser en premier lieu la création d'emplois.

Dans ce domaine, Benoît Hamon a pu constater dans la capitale de l'Eure que tous les acteurs étaient mobilisés sur ce front de l'emploi. Alors que l'Union régionale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis (URAPEI) a profité de cette occasion pour symboliquement signer une convention avec l'Etat concernant 200 contrats d'avenir dans la région, j'ai pu confirmer que l'engagement du Conseil général d'embaucher, d'ici la fin de l'année, pas moins de 100 jeunes dans ce dispositif, serait atteint avec d'ores et déjà 57 contrats signés. Plus que jamais, nous sommes engagés dans une politique volontariste de croissance et de création d'emplois. Avec le soutien du gouvernement, toutes les opportunités seront saisies dans les mois et les années à venir pour traduire cette promesse de François Hollande dans le quotidien des Français.

Commentaires

Laisser votre message

Votre email :
*
Votre nom :
*
Votre message :
*