VOTRE DÉPUTÉ DE LA 2ÈME CIRCONSCRIPTION DE L'EURE

Budget pour 2016 : baisses d'impôts et mesures de compétitivité

0
plf2016_info5
La première partie du budget pour 2016 a été votée hier par les députés. Elle contient la baisse des impôts promise par le Président de la République : 2 milliards d'euros de baisses supplémentaires portent à 5 milliards d'euros la réduction pour les ménages depuis l'été 2014. Les deux tiers des foyers fiscaux imposés sont concernés par ces baisses. Celles-ci seront financées par le produit de l'évasion fiscale, qui s'élève à 2,6 milliards d'euros. Les tricheurs vont payer pour les gens honnêtes.
Ce budget donne la priorité à ce qui construit la solidarité nationale : l'éducation, la sécurité, la défense, le travail, le logement, la fraternité envers les plus démunis. La priorité donnée à la jeunesse se traduit par la création de 10 800 créations de postes dans l'enseignement, le financement de 500 000  contrats aidés et 150 000 services civiques, ou encore l'accès des jeunes de moins de 25 ans à la prime d'activité.

Le déficit public sera amené de 3,8% en 2015 à 3,3% en 2016. La droite nous avait laissé des comptes publics délabrés, nous les redressons continûment depuis 2012. Pour tenir cet objectif, la dépense publique sera réduite de 16 milliards d'euros, équitablement répartis entre l’Etat, la sécurité sociale et les collectivités locales. C’est l’application du plan d’économies de 50 milliards d'euros. Les dépenses imprévues (accueil des réfugiés, mesures de soutien au secteur agricole) sont intégralement compensées par de nouvelles économies.

Ce budget poursuit notre politique de compétitivité : le total des mesures de soutien aux entreprises, découlant du CICE et du Pacte de responsabilité et de solidarité représentera 33 milliards d'euros 2016. Le choix qui a été fait – donner des marges de manœuvre aux entreprises pour leur permettre d’innover et de gagner en compétitivité – est payant. La France gagne des places dans le classement mondial des pays les plus compétitifs. C’est bon pour notre économie, bon pour la croissance et donc pour l’emploi.

Des avancées sur la taxe sur les transactions financières (TTF) ont été mises en place en faveur de l'aide publique au développement : une hausse du plafond du produit de la TTF affectée au Fonds de Solidarité pour le Développement (FSD) : il passe de 160 à 260 millions d’euros en 2016 ; une augmentation des capacités d’intervention de l’Agence Française pour le Développement, via l’affectation d’une fraction de 25 % du produit de la TTF à son budget, soit un peu plus de 233 millions d’euros ; une extension de la TTF aux transactions intraday (allers retours d’achat et de vente réalisés en Bourse dans la journée) à partir du 31 décembre 2016, dans l’attente d’un accord européen et de la résolution de problèmes techniques liés à sa mise en oeuvre.

Commentaires

Laisser votre message

Votre email :
*
Votre nom :
*
Votre message :
*